Ghizlane Sahli tisse sa toile

mercredi 5 Avr, 2017 - 18h40min

Elle vient de terminer une exposition personnelle à l’Institut français de Rabat, et s’apprête à faire partie d’un group show à Marrakech, à la David Bloch Gallery, du 11 avril au 2 mai. Plus rien n’arrête Ghizlane Sahli, artiste plasticienne, capable d’apposer la grâce aux déchets. La Tribune l’a rencontrée, pour faire le point sur son travail ; où l’art fait éclore nouvellement la matière.

Ghizlane Sahli tisse sa toile

Ses alvéoles bruissent à la surface d’une matrice toute de grillage tressée ; telles un tapis de pensées poétiques, elles transcendent la matière originelle dont elles sont tirées, qui n’est autre que des fonds de bouteilles en plastique, désormais recouverts de soie. Sous l’impulsion de Ghizlane Sahli, ces déchets soudain métamorphosés reprennent vie, muant vers une condition sublimée : celle de broderies tridimensionnelles, où art et artisanat se retrouvent. De fait, la frontière entre ces deux mondes se fait poreuse dans le travail de Ghizlane Sahli : si l’artisanat est plutôt destiné à aboutir à un objet usuel, elle l’utilise quant à elle pour créer de l’art. En effet, outre l’esthétisme délicat émanant de ses installations, le propos de Ghizlane Sahli consiste à anoblir ce qui ne l’est pas : « j’aime transformer la matière ; je crée à partir de déchets. En les recyclant, j’insuffle à ces derniers une fonction renouvelée. C’est là un message de vie ; du pire, on peut tirer le meilleur. » Autre concept marquant à retenir de son travail, la notion d’énergie participative s’en dégageant : « quand je vois ces bouteilles, je pense à tous ces gens qui en ont bu l’eau, et dont l’énergie ramassée est en quelque sorte constitutive de l’œuvre. Les énergies des gens et des lieux d’où viennent les bouteilles sont ensuite rassemblées et contenues dans mes broderies, où elles sont comme réincarnées. » Parce que décidément, pour Ghizlane Sahli, tout est affaire de conversion de matière. Ou comment muer la perte de valeur en beauté…

www.ghizlanesahli.com

Article liés

Les couleurs de Mohamed Aligod au Musée de la Palmeraie

Les couleurs de Mohamed Aligod au Musée de ...

Mohamed Aligod est un artiste hors du commun : victime d’un ...
Les PIONNIÈRES, sous l’objectif de François Beaurain

Les PIONNIÈRES, sous l’objectif de François Beaurain ...

C’est une exposition très originale que présente la Maison Denise ...
A Marrakech, le RETOUR sur la scène artistique de Bachir DEMNATI

A Marrakech, le RETOUR sur la scène artistique ...

La galerie Le Comptoir des Mines à Marrakech abrite la ...
La Galerie SINIYA28 expose Raphäel Gaudin dans “Mouvements de Couleurs”

La Galerie SINIYA28 expose Raphäel Gaudin dans “Mouvements ...

Après une carrière dans la communication, l’artiste français Raphäel Gaudin ...
FIFM - l’ETOILE d’OR pour deux FEMMES d’exception

FIFM - l’ETOILE d’OR pour deux FEMMES d’exception ...

La 17ème édition du Festival International du Film de Marrakech ...
PEOPLE - Johnny Depp bientôt à Marrakech

PEOPLE - Johnny Depp bientôt à Marrakech

Après Madonna, Naomi Watts et en attendant De Niro, c'est ...
La Tribune, veut parler de vous !

Vous êtes créateur, artisan, photographe, illustrateur ?
Le premier magazine d’information de Marrakech vous donne page blanche. Ecrivez-nous !

Parlons de vous