All Ad Spaces are full. Contact us via the contact form.

« Entre les deux colonnes rouges », une baleine se love Le mammifère mythique plaide pour l’environnement

samedi 10 Juin, 2017 - 12h22min

« Entre les deux colonnes rouges », une baleine se love Le mammifère mythique plaide pour l’environnement

Nicola Salvatore, artiste italien majeur vivant entre Marrakech et Côme, a doté la ville ocre d’une sculpture à deux colonnes, entre lesquelles une baleine rayonne. Placée au cœur du Jardin des Arts, lui-même érigé en marge de la COP22, elle participe à la conscientisation en faveur de l’environnement. La Tribune a rencontré son auteur, à l’onirisme inclassable, en marge du jardin qui porte désormais sa trace.

Tel le capitaine Achab dans « Moby Dick », ou Stefano dans « Le K », Nicola Salvatore voue à la baleine une même obsession continue. À ceci près, que pour ce peintre et sculpteur italien, dont l’envergure internationale a gagné jusqu’au Maroc, la baleine est une source inextinguible de création, et non une fin dernière. Fait rare, il a placé son œuvre entière sous le signe quasi-exclusif du cétacé géant, le revisitant à l’infini, selon mille langages. Thématique inspiratrice, inlassable, solaire, la baleine a acquis pour Salvatore un statut de concept, incarné dans divers supports (cuivre, aluminium, or, bronze, bois, fer…), et peuplant les places, biennales d’art et jardins du monde de sa présence renouvelée.

Pour Marrakech et son Jardin des Arts, Nicola Salvatore a sculpté une baleine ceinte par deux colonnes. « Celles-ci jouent un rôle de bouclier, protégeant la baleine de la folie humaine. Cette sculpture est représentative de mon travail, dans la mesure où il a toujours contenu une dimension environnementale, une préoccupation pour l’état de la planète. La défense de la baleine, animal majestueux entre tous, fait partie intégrante de mon cheminement artistique », déclare-t-il.

Dans son atelier marrakchi baigné par la lueur du jour, des dizaines de baleines, peintes ou sculptées, grandes ou immenses, figurent selon des modalités chaque fois changeantes. C’est en les contemplant que Nicola Salvatore conclut : « la baleine m’intéresse comme élément pictural, photographique, sculptural, thématique, symbolique ; mais aussi du point de vue écologique. À ce titre, je suis heureux qu’elle ait trouvé sa place au sein d’un projet artistico-environnemental. » Un jardin ouvert à tous, où retrouver la baleine et son appel aux consciences.

Jardin des Arts, accès libre

Av. Mohamed V, avant les remparts de la médina

 

À PROPOS DE L’AUTEUR

anastasia-chelini

Articles liés

La Tribune  à rencontré ... Pascal Elbé

La Tribune à rencontré ... Pascal Elbé

L’homme qui flâne à Marrakech est cultivé ou se cultive ...
Tindouf de père en fille

Tindouf de père en fille

Son cœur balance entre Tanger et Marrakech. Boubker Temli possède ...
Vincent Mellili : « Je vais ouvrir une école d’acteurs à Marrakech »

Vincent Mellili : « Je vais ouvrir une école d’acteurs ...

Première école au Maroc de formation aux métiers du cinéma, ...
Un autre regard sur Marrakech, loin des clichés habituels

Un autre regard sur Marrakech, loin des clichés ...

« A’SR Ennour », c’est une exposition très originale à Dar Moulay ...
Les artistes d’Essaouira investissent la Galerie SINIYA28

Les artistes d’Essaouira investissent la Galerie SINIYA28

Cette ravissante galerie du centre ville accueille, pendant la foire ...
Le Chœur Philharmonique du Maroc en concert à Marrakech

Le Chœur Philharmonique du Maroc en concert à ...

« A chœur ouvert », c’est la nouvelle série de concerts du ...
La Tribune, veut parler de vous !

Vous êtes créateur, artisan, photographe, illustrateur ?
Le premier magazine d’information de Marrakech vous donne page blanche. Ecrivez-nous !

Parlons de vous