All Ad Spaces are full. Contact us via the contact form.

Comptoir des Mines Galerie

Galerie d'Art - Guéliz

vendredi 23 Fév, 2018 - 18h39min

Comptoir des Mines galerie

Galerie d'Art - Guéliz

Guéliz - Galerie d'Art

62, rue Yougoslavie, 40000 Guéliz Marrakech

(+212) 6 88 14 60 74

“Notre objectif est de détecter les talents, des les rendre visibles et de les accompagner dans leur travail”, explique Imane Barakat, responsable des expositions au Comptoir des Mines galerie. Elle ajoute que “nous ne prenons jamais d’œuvres dans les ateliers. Toutes celles que nous présentons sont nées d’une collaboration avec l’artiste”. Un principe. Cette galerie de haut vol a redonné vie à un bâtiment dont l’architecture est elle-même une œuvre d’art. Construit dans les années 30, l’immeuble Art Déco est ainsi -et enfin- sorti de l’abandon.

Les premiers à investir les lieux sont tous marocains. Un autre principe puisqu’il s’agit de mettre la lumière sur la scène contemporaine locale, qui en manquait grandement jusque jusque-là. Dispersées ça çà et là dans les pièces lumineuses de ce bâtiment autrefois habité, les œuvres donnent le ton des intentions de chacun des 10 artistes choisis pour l’occasion. C’est ainsi que l’heureux visiteur passe des toiles grand format de Mariam Abouzid Souali, qui traite ici des origines variées du monde, aux photographies de Noureddine Tilsaghani chargées de nous interroger sur nos chemins imposés et nos notions de liberté. Dans ce qui étaitent autrefois des salons, des chambres et des cuisines, trônent les “trajectoires nomades” de Mohamed Arejdal, les installations d’Hassan Bourkia ou les sculptures animalières de Simohamed Fettaka, sans oublier les autres artistes de cette décade, l’invitation à la Galerie Shart avec Yassine Balbzioui, et une carte blanche à Hassan Hajjaj. ÀA leurs côtés, Larbi Cherkaoui innove en maniant les lettres arabes avec des peaux et des circuits électroniques découpés, pendant que l’installation en inox et ampoules d’Abdelaziz Zerrou fait étinceler les “Lumières du Maroc”. Puis, plus loin dans l’obscurité, le projet “killing machine” d’Akrim Mustapha joue des néons en forme de mots ou de dessins pour raconter l’histoire d’immigrés africains pendant leurs traversées. “Traversées” ou “Crossing” est d’ailleurs le nom choisi à pour cet événement, comme pour traduire l’envie de lever les barrières visibles et invisibles faisant obstacle à la pleine diffusion de nos formes d’art au-delà de nos frontières.

À PROPOS DE L’AUTEUR

stephanie-jacob

La Tribune, veut parler de vous !

Vous êtes créateur, artisan, photographe, illustrateur ?
Le premier magazine d’information de Marrakech vous donne page blanche. Ecrivez-nous !

Parlons de vous